De la beauté

“Le poète interpelait l’écrivain et le savant: il leur montrait l’indécence qu’il y aurait à disserter doctement d’un sujet où est en jeu rien de moins que le salut de l’humanité. Il leur enjoignait de ne pas évoquer le mot “beauté” sans une conscience aigüe de la barbarie du monde. Il leur clamait que face au règne quasi général du cynisme, l’esthétique ne peut atteindre le fond d’elle-même qu’en se laissant subvertir par l’éthique.” Jean Mouttapa – Avant-propos de l’éditeur des “Cinq méditations sur la beauté” de François Cheng de l’Académie Française.

IMG_1799

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s